La députée européenne UMP Michèle Alliot-Marie, et sa colistière à Tarbes, Andrée Doubrère (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

La députée européenne UMP Michèle Alliot-Marie, et sa colistière à Tarbes, Andrée Doubrère (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

C’était une des promesses de campagnes lors des Elections Européennes de juin dernier. Michèle Alliot-Marie (UMP) avait promis de revenir une à deux fois par an dans chacun des dix-sept départements de l’euro-région sud-ouest pour rendre compte de son travail au Parlement européen.

C’est chose faite ce jeudi 9 octobre 2014 dans les Hautes-Pyrénées où la députée européenne a retrouvé sa co-listière Andrée Doubrère à Tarbes pour un point presse, mais aussi une rencontre avec les habitants de la cité. « Il faut agir à Bruxelles et Strasbourg, en ayant le vécu du quotidien des citoyens. Ce matin, j’ai rencontré des gens sur le marché, et à chaque fois, j’apprend des choses. Cela permet de faire le lien entre les difficultés des citoyens et Bruxelles », explique Michèle Alliot-Marie.

L’occasion pour la députée UMP de remettre en cause la politique du gouvernement de Manuel Valls et François Hollande, tant sur le plan économique (voir notre interview ci-dessous) que social. « Ce qui me choque, c’est le grand désarroi des Français sur le terrain. Ils se demandent quand le mari, la femme, le fils… va retrouver un emploi. Les chefs de petites entreprises ne savent pas s’ils vont vivre. Je crains que tout ceci déborde sur de la violence, faute d’être entendu », ajoute Michèle Alliot-Marie.

Le contexte international n’échappe pas non plus à l’ancienne ministre de la Défense qui s’inquiète des conflits qui émergent aux portes de l’Europe, sans que cette dernière n’ait les moyens d’assurer sa propre défense. « Je plaide pour une Europe de la Défense. Mais le but n’est pas de faire dans chaque pays des économies en mutualisant les moyens. Il faut que chacun mette de l’argent pour avoir les moyens d’avoir une défense européenne. » Et de vilipender les choix de la France, où le budget de la Défense est passé de 1,9 % du PIB (quand elle était Ministre) à 1,2% aujourd’hui. « Nous sommes menacés par le terrorisme, par le risque de conflits qui peuvent s’exporter sur notre continent. » Pour Michèle Alliot-Marie, il faut là encore renforcer les moyens de l’Europe pour assurer une meilleure défense et un meilleur contrôle aux frontières de l’Europe, sans mettre en cause l’espace Schengen.

Le quotidien des Hauts-Pyrénéens, c’est aussi l’agriculture. Et notamment les producteurs face au blocus russe. Pour cela, Michèle Alliot-Marie souhaite une aide aux agriculteurs pour soutenir la production, mais aussi pour rechercher de nouveaux marchés dans le monde.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.


[TARBES] Michèle Alliot-Marie parle de l’Europe… par pyreneesinfotv

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>