Le département des Hautes-Pyrénées est un département à vocation industrielle forte : Hier, marqué par une industrie secondaire traditionnelle et lourde autour de la chimie, de l’électro métallurgie, de Giat. Aujourd’hui, tourné vers des industries de pointe, notamment: le pôle céramique sur le secteur de Tarbes-Bazet, la recherche-développement à Alstom, le pôle aéronautique autour de Daher-Socata et de la plate-forme Aéroportuaire de Tarbes Lourdes Pyrénées. La concentration d’industriels spécialisés dans les céramiques techniques, regroupés au sein du pôle de compétitivité «européen de céramique» fait du pôle tarbais, le 1er centre industriel français dans ce domaine. Cette position de leader est un élément fort pour l’image de marque du département et pour son attractivité. Le site de Bazet, compte huit entreprises, qui employaient il y a encore peu de temps près de 500 salariés, œuvrant autour des matériaux céramiques dont six se sont regroupées au sein de PIC, Pyrénées Industries Céramiques.
Aujourd’hui, alors que nous déplorons la fermeture récente de la société ESK (97 emplois), le Pôle de la Céramique de Tarbes est à nouveau affecté par un plan social émanant cette fois de la société SCT et ce, alors même que les actionnaires de la société ont obtenu des bénéfices importants et n’ont pas réalisé d’investissements nouveaux sur le site. Aussi le considérant que le Pôle céramique Tarbais occupe une place prépondérante dans le tissu industriel des Hautes-Pyrénées, considérant qu’un des objectifs poursuivi par le Pôle de Compétitivité Européen de la Céramique est de créer de nouvelles activités, notamment en favorisant le développement de produits ou procédés innovants dans les entreprises existantes, la création d’entreprises et de laboratoires, l’accueil et l’implantation d’unités de production ou de recherche, considérant enfin que les collectivités locales et l’Etat ont accompagné les pôles de compétitivité et à travers eux l’entreprise SCT et que cela justifie un contrôle exercé par les pouvoirs publics, considérant que la société SCT, clôturant son exercice comptable au 31 décembre 2009, ne peut dès lors prétendre à la mesure de remboursement des reports en arrière de déficit (1 million d’euros), prévue dans le cadre du Plan de Relance de l’Economie.
Le Conseil Général des Hautes-Pyrénées demande que le Pôle de Compétitivité Européen de la Céramique engage rapidement des actions concrètes visant à soutenir activement la recherche et à l’innovation, et à fournir des débouchés aux produits issus du Pôle Céramique et notamment dans le pôle tarbais, propose à l’Etat d’autoriser une procédure inédite de mise sous tutelle de l’entreprise SCT par le tribunal de grande instance, sur saisine des salariés en amont des licenciements, et demande à l’Etat d’accepter une dérogation à la procédure en vigueur relative au remboursement du report en arrière des déficits de la SCT.

Reportage © Pyrénéesinfo/Eric Bentahar.
Photo © Pyrénéesinfo Images.

Tags:

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>