Une partie des candidats du Front National dans les Hautes-Pyrénées, autour de leur tête de liste Olivier Monteil (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Une partie des candidats du Front National dans les Hautes-Pyrénées, autour de leur tête de liste Olivier Monteil (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Avant la venue de Louis Aliot, la tête de liste Front Nationale aux Régionales 2015 en Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, le 4 novembre 2015 dans le pays de Tarbes, le Front National a présenté la liste de ses candidats en Hautes-Pyrénées. Une liste qui sera menée par Olivier Monteil, le secrétaire départemental du Front National. « La composition de notre liste est à l’image des Hautes-Pyrénées. Il n’y a aucun parachuté, tous sont résidents de Bigorre. Ils sont à l’image de la France qui travaille et qui souffre. On ne présente pas de rentiers, de politiciens professionnels ou de riches industriels », note Olivier Monteil.

A ses côtés, Oxana Pavelchuck (hôtelière, Lourdes), Alexandre Goessens (peintre en bâtiment, Juillan), Geneviève Comont (mère au foyer, Soues), Paul Loncan (prothésiste dentaire, Rabastens-de-Bigorre), Brigitte Buisan (enseignante, Aureilhan), Alain Ligonnière (hôtelier, Lourdes), Laurence Monteil (mère au foyer, Bagnères-de-Bigorre), Franck Padioleau (fonctionnaire, Tarbes).

Pour le Front National, la campagne a déjà démarré dans les Hautes-Pyrénées. Après deux réunions publiques à Barbazan-Debat et Vic-en-Bigorre, d’autres rendez-vous seront proposés dans le département jusqu’au 6 décembre 2015. « Notre objectif est de participer à une grande reconquête de Midi-Pyrénées par le Front National. Aujourd’hui, il est raisonnable d’espérer conquérir la Région », ajoute Olivier Monteil, rappelant les sondages donnant le Front National en tête des intentions de vote, autour de 30 %, dans les régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.

Si le Front National n’a plus connu de conseillers régionaux venus des Hautes-Pyrénées depuis 1998 (élu alors à la faveur de la proportionnelle), les militants espèrent faire un retour à l’assemblée régionale. Pour cela, la campagne portera notamment sur la défense de la ruralité. « Louis Aliot entend apporter un rééquilibrage des territoires. Nous devons défendre notre agriculture par des aides à l’installation, le développement des circuits courts et des marchés locaux. Le Front National agira aussi pour les transports, avec la création d’une police régionale des transports, pour un rééquilibrage entre rail et routes, et s’opposera à la fermeture de lignes ferroviaires. Nous voulons mettre un terme au gaspillage engagé par la gauche, comme sur l’usine TMB de Bordères », explique Olivier Monteil. L’emploi et le tourisme sont également parmi les axes majeurs des propositions du Front National.

Mais pour le parti de Marine Le Pen, cette élection régionale est aussi un premier acte avant l’élection présidentielle de 2017. « Si ce tremplin régional se transforme en 2017, cela passera par des lois pour rétablir les frontières contrôlées, soutenir l’agriculture et les producteurs. »

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.

Les réunions publiques du Front National : à Bagnères-de-Bigorre (28 octobre à 19h), à Trie-sur-Baïse (le 29 octobre à 19h), à Tournay (le 30 octobre à 19h), à Lourdes (le 31 octobre à 19h), à Bordères/Echez (le 11 novembre à 19h), à Rabastens de Bigorre (18 novembre à 19h), à Juillan (le 25 novembre à 19h).

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>