Un engagement signé devant les très nombreux partenaires, à la Préfecture de Tarbes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Un engagement signé devant les très nombreux partenaires, à la Préfecture de Tarbes (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Les quartiers prioritaires dit « politique de la ville » sont dans le viseur de l’Etat. Avec, en premier de cordée, les entreprises locales. Autour du Secrétaire général de la Préfecture des Hautes-Pyrénées et du président de l’Agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées, les dirigeants des entreprises locales étaient réunis pour une signature des engagements «au bénéfice des habitants des quartiers prioritaires».

Concrètement, neuf entreprises comme Orange, Enedis, Alstom ou encore Manpower ont accepté de se mobiliser pour aider les habitants des quartiers prioritaires à accéder plus facilement au marché de l’emploi. Un engagement qui s’inscrit dans le « Paqte » voulu par le Président de la République.

Les entreprises s’engagent ainsi sur l’accueil et l’accompagnement de collégiens, lycéens et étudiants ; à la découverte de ses métiers en accueillant les « publics de quartiers prioritaires de la politique de la ville » ; mais aussi le développement du parrainage, la promotion des clauses d’insertion des marchés publics et l’accueil de jeunes de 3e et de lycée en stage.

«Cette signature ne marque qu’une étape. L’objectif est d’augmenter le nombre d’entreprises partenaires, tout en cherchant à enrichir les engagements. Un bilan de la mise en œuvre des premiers engagements sera donc réalisé dans six mois», indique Samuel Bouju, le Secrétaire Général de la Préfecture.

Tous les signataires partagent la même volonté d’apporter un soutien particulier aux habitants de ces quartiers de Tarbes et de Lourdes, même si souvent de nombreuses actions sont déjà en place. Mais dans cette nouvelle volonté d’apporter un lien entre les quartiers « politique de la ville » et l’emploi, le maire de Tarbes rappelle que « le premier de cordée, ce sont les entreprise. Le deuxième, ce sont les entreprises locales. Et la corde, ce sont les collectivités ». Mais pour Gérard Trémège, « si on veut relancer l’emploi dans ces quartiers, faisons des zones franches ! »

Pour tous, ce nouvel engagement autour des services de l’Etat doit permettre de lier emploi et demandeur d’emploi. Un lien plus que jamais nécessaire quand Daniel Pugès, le président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat des Hautes-Pyrénées, rappelle que dans son secteur, « on a actuellement 71 contrats qui ne trouvent pas de jeunes. »

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>