Michel Pélieu, président PRG du Conseil Général des Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo, Images).

Les débats seront forcément tendus, car les choix seront précis dans le vote du budget 2012 du Conseil Général des Hautes-Pyrénées. Ce vendredi 23 mars 2012, l’assemblée plénière devra définir les engagements financiers de l’institution départementale pour les prochains mois, dans un contexte tendu. Car la situation financière du Conseil Général, comme tous les Départements de France, devient compliquée. Face à une diminution des recettes de fonctionnement, une difficulté d’obtenir des emprunts et une augmentation régulière des charges, dont l’action sociale, l’équation est fragile. D’autant que le financement des Partenariats Public Privé autour des rocades de Tarbes et du développement du Haut-Débit va plomber les comptes pour les prochaines années.

Lors de la présentation à la presse de l’esprit du futur budget, le président PRG du Conseil Général a été clair. « Ce n’est pas une cure de rigueur, c’est un appel porteur d’optimisme. Il faut construire l’avenir autrement. » Mais Michel Pélieu assume totalement les choix faits et votés sous l’ancienne mandature. « Mais si le 28 octobre 2009, j’avais dit que la réforme fiscale et les deux PPP nous obligeraient à faire des choix drastiques dès 2011. »

Ces choix sont donc à faire. Côté fonctionnement, les recettes seront en baisse. L’Etat diminue ses participations, et ne compense pas totalement les charges transférées ces dernières années. A commencer par l’action sociale qui coûtera 5,6 millions d’euros de plus en 2012, alors que cette seule compétence représente déjà la moitié du budget du Conseil Général. La réforme fiscale complique également l’équation financière avec désormais un seul levier sur l’impôt : la taxe foncière sur le bâti. Là où un point de plus de fiscalité rapportait avant 1 million d’euros, ce point ne rapporte plus que 600 000 euros. Et la tentation d’augmenter fortement les impôts locaux ne sera pas proposée ce vendredi aux 34 conseillers généraux.

Autre problématique, les deux partenariats public privé. Celui sur les rocades de Tarbes coûtera 43 millions d’euros sur les vingt prochaines années. Pour le haut débit, le coût total sera de 74 millions d’euros. « Pour le PPP sur le haut débit, il faut que les recettes commerciales soient à la hauteur de nos espérances, surtout sur le réseau fibré. On a beaucoup investi », explique Michel Pélieu qui précise que des audits sont actuellement en cours ; ils devraient permettre de renégocier ce contrat.

Le budget 2012 sera donc un budget maîtrisé et d’effort. Maîtrisé dans le fonctionnement avec des effectifs constants (1 700 salariés au Conseil Général), voire en légère baisse à la faveur des départs en retraite. Une meilleure mutualisation des agents devraient permettre de faire des économies en interne.

Effort sur les investissements avec un maintien des chantiers sur les compétences du Conseil Général, qui seront désormais la priorité. Routes, collèges et bâtiments publics devraient bénéficier désormais d’une majorité des investissements du Département. L’aide accordée aux communes devrait être en baisse à partir de cette année. Le soutien aux associations, au sport et à la culture également. « On a la préoccupation de continuer à investir. Les entreprises attendent après nous. Avec la fin des rocades, ce sont 50 millions d’euros qui seront investis sur les routes des Hautes-Pyrénées. »

Un budget 2012 difficile, qui annonce des budgets futurs encore plus tendus. « En 2014, nous aurons les loyers des deux PPP, soit 10 millions d’euros par an. A cela s’ajoutera les engagements pris sur la liaison de la RN 21, c’est 8 millions d’euros. Le plan départemental des déchets, c’est 15 millions d’euros qu’on commence à payer maintenant. Ce sont des engagements que nous avons pris collectivement. J’assume l’actif et le passif. Mais il faut se rendre à l’évidence, cela donne des contraintes budgétaires délicates. »

Pyrénéesinfo, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>