Une journée de débat au Conseil Général des Hautes-Pyrénées pour rejeter le projet de carte de découpage des cantons et adopter les voeux des élus locaux (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Une journée de débat au Conseil Général des Hautes-Pyrénées pour rejeter le projet de carte de découpage des cantons et adopter les voeux des élus locaux (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

Une journée de débat pour se mettre d’accord sur une nouvelle carte de découpage des cantons des Hautes-Pyrénées. Réunis en session extraordinaire à Tarbes, les conseillers généraux devaient statuer sur le projet de redécoupage présenté par le Ministre de l’Intérieur, par la voix du Préfet des Hautes-Pyrénées. Ce dernier avait choisi de présenter la carte à huis-clos en début de séance, avant la tenue des débats.

Tour à tour, conseillers généraux PS, PRG et de l’Entente Républicaine ont exprimé leur opinion. Pour, au final, voter contre cette nouvelle carte « à l’unanimité des votants ». Car les conseillers généraux socialistes ont refusé de voter. Un refus à l’unanimité donc, qui pourrait provoquer débat au Ministère de l’Intérieur et au Conseil d’Etat.

Le premier acte était posé. La carte présentée le matin par le Préfet des Hautes-Pyrénées était rejeté. Après une suspension de séance à l’heure du déjeuner, les débats reprenaient à 14 heures.

Au final, l’opposition s’est résumée sur quatre cantons, comme l’avaient déjà évoqué les conseillers généraux PRG lors de leur conférence de presse en début de semaine. Quatre modifications demandées « avec vote bloqué », précise la conseillère générale PRG Chantal Robin-Rodrigo. Ce qui provoqua le premier affrontement direct entre élus PS et PRG dans l’assemblée. « Ce vote bloqué, c’est un débat bloqué. Or, le consensus permettrait de contourner un rejet du Conseil d’Etat. Pour vous, c’est tout ou rien. Vous prenez le risque que ce soit rien », explique la sénatrice et conseillère générale PS Josette Durrieu, très active durant les débats.

Tour à tour, les votes, les explications des voeux et les suspensions de séance vont se multiplier. Au centre des débats entre les élus PS et PRG, le président du Conseil Général, Michel Pélieu, tente de jouer au mieux la carte du compromis entre les deux parties de la majorité. Une position qui va permettre de faire baisser le ton des débats pour arriver à un vote unanime ou majoritaire sur toutes les propositions.

Ainsi, le canton de Bordères-sur-l’Echez devra retrouver les communes de la communauté entourant Bazet. Seules trois communes seront dissociées de l’ancien canton pour rejoindre Vic-en-Bigorre.

Le canton du Haut-Adour devra comprendre toutes les communes de la communauté de la Haute-Bigorre.

Le canton de Barbazan-Debat devra retrouver les communes de la communauté de Gespe Adour Alaric (Horgues, Momères…), précédemment annexées au canton dit de Tournay. Seule la commune de Soues sera détachée du nouveau canton pour rejoindre celui d’Aureilhan-Séméac.

Le canton de la Vallée d’Arros (Tournay) comprendra les communautés de communes de Tournay, des Baronnies et de la Baïse.

Le canton de Lannemezan conservera les communes du Plateau de Lannemezan, malgré la demande initiale du PRG.

La plupart des cantons ont trouvé un nom plus logique avec l’histoire et la géographie du département.

Mais pour l’heure, tout cela ne reste qu’un voeu des élus de proximité des Hautes-Pyrénées. Le Ministère de l’Intérieur et le Conseil d’Etat à Paris auront le dernier mot.

Pyrénéesinfo, Eric BENTAHAR.


[HAUTES-PYRENEES] Débat sur la carte des… par pyreneesinfotv

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>