François-Xavier Brunet, président de la CCI de Tarbes et des Hautes-Pyrénées, évoque une "casse sociale et territoriale" avec la baisse des dotations des Chambres consulaires (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

François-Xavier Brunet, président de la CCI de Tarbes et des Hautes-Pyrénées, évoque une « casse sociale et territoriale » avec la baisse des dotations des Chambres consulaires (Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR).

« Quand on réduit de 40 % les ressources d’une institution et qu’on prélève autoritairement ses fonds de réserve, on arrive à une suppression d’emplois ». L’explication est simple, les conséquences directes pour le président de la CCI de Tarbes et des Hautes-Pyrénées, François-Xavier Brunet. En plein coeur de l’été, le comité directeur de la CCI 65 a été convoqué pour une réunion exceptionnelle. A l’ordre du jour, la décision du Gouvernement de prélèver une nouvelle fois sur les dotations des Chambres consulaires. « Le gouvernement a décidé d’aller au-delà des recommandations de l’Inspection générale des finances. On réduit les ressources des CCI, sans réduire les prélèvements sur les entreprises. La différence ira dans le budget général de l’Etat », ajoute François-Xavier Brunet.

Pour le budget 2015, ce sont 2 à 2,5 millions d’euros qui seront prélevés sur la taxe payées par les entreprises des Hautes-Pyrénées au profit de la CCI, soit 40 % du montant total. « Alors que nous, on ne coûte rien à l’Etat », explique Camille Denagiscarde, le directeur général de la CCI 65.

« Je ne pourrais rien faire pour atténuer les conséquences sociales au plan local. Il nous faudra supprimer des postes sans avoir les moyens de payer les indemnités de licenciement », commente le président de la CCI. Ainsi, 20 équivalents temps plein seraient menacés, sur la centaine de postes de la CCI et de ses antennes.

Car la CCI de Tarbes et des Hautes-Pyrénées travaille activement au développement économique du territoire. Par le Centre d’études des langues qui permet de former salariés et entrepreneurs, l’Ecole de Gestion et de Commerce, l’Institut régional du tourisme et de l’hôtellerie… « L’EGC contribue au rayonnement de la formation post-bac dans les Hautes-Pyrénées. Nous proposons une formation bac+3 Bachelor à Tarbes à un coût modéré. Elle coûte 3 600 euros à Tarbes, quand les mêmes familles modestes et locales devraient payer 6 000 euros à Toulouse, en plus des frais d’hébergement et de déplacement. »

Autre conséquence, immédiate celle-là, la fin du financement par la CCI de la ligne aérienne entre Tarbes et Paris. « Nous allons arrêter tout financement. »

Au-delà des conséquences sociales et financières, François-Xavier Brunet dénonce une « casse territoriale » au détriment des territoires ruraux comme les Hautes-Pyrénées. « Je constate que la politique affichée par l’Etat est de privilégier les grandes métropoles contre des territoires comme les nôtres ».

Le président de la CCI de Tarbes veut mobiliser les élus locaux, mais aussi les CCI voisines, notamment celles de Pau et de Bayonne vers lesquelles des synergies pourraient être développées afin de préserver ce relais économique de proximité.

Pyrénéesinfo Tarbes, Eric BENTAHAR.


[HAUTES-PYRENEES] La CCI de Tarbes s’inquiète… par pyreneesinfotv

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>