Un bloc de roche est tombé sur la route longeant les Gorges de Luz mercredi soir (Photo Gendarmerie des Hautes-Pyrénées).

Un bloc de roche est tombé sur la route longeant les Gorges de Luz mercredi soir (Photo Gendarmerie des Hautes-Pyrénées).

La journée a été longue pour les services de l’Etat et du Département des Hautes-Pyrénées sur la route qui longe les Gorges de Luz. Mercredi soir, un bloc de roche s’est écrasé sur une voiture à l’heure de la descente des stations de ski. Fort heureusement, si les trois personnes présentent dans le véhicule ont été choquées, aucune n’a été blessée.

Si le drame a été évité de peu, il aura fallu une journée pour connaître les raisons de ce nouveau détachement de rocher, en dehors de la zone actuellement en cours de sécurisation.

« Nous ne sommes pas dans le cas d’un fractionnement de la paroi, mais d’un rocher dans un couloir qui a été entraîné. Cette chute n’a pas eu lieu dans le périmètre des travaux, mais dans une zone qui n’est pas identifiée comme à risque par les études menées », expliquait ce jeudi midi la Préfète des Hautes-Pyrénées. Pour autant, si les véhicules présents sur la voie ont pu regagner leur point d’arrivée dans la soirée, la route des Gorges de Luz avait été interdite depuis la nuit, provoquant des craintes d’isolement pour les habitants de Luz-Saint-Sauveur.

La journée de ce jeudi 26 janvier 2017 aura été nécessaire pour confirmer qu’il s’agissait d’un aléas naturel comme les routes de montagne peuvent en connaître à tout moment. Mais les Gorges de Luz attirent l’attention des élus et de l’Etat en raison des nombreuses chutes déjà recensées.

Si les travaux de purges et de sécurisation vont se poursuivre dès le mois d’avril sur le secteur en cours de travaux, et que le tunnel peut être remis en service pour assurer un lien entre la vallée et les sommets, l’attention portée par les élus locaux et la Préfète va devoir se prolonger sur l’ensemble de la route. Pour cela, Michel Pélieu et Béatrice Lagarde souhaitent en appeler aux services du Ministère, tant pour les expertises nécessaires que pour les systèmes d’alerte à mettre en place, mais aussi pour un financement qui pourrait bien dépasser les moyens des collectivités locales.

Pyrénéesinfo Lourdes, Eric BENTAHAR.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>